"Compatissons aux misères humaines à peu de frais" de l'humoriste Pierre Desproges (1982), avec transcription




Démuni de tout, écartelé entre le prix exorbitant du topinambour et la hausse inexorable des loyers des taudis, le pauvre crie famine : « Famine ! » 
Merci. Digne dans la douleur, sublime de résignation, ces malheureux sont nombreux à me faire part de leur souhait de ne pas mourir sans savoir à quoi ressemble un gros billet d’ banque. Car l’argent, disent-ils, "on en entend souvent parler, mais on n’en voit pas souvent la couleur." 
Eh bien, chers pauvres, soyez exaucés, vous allez enfin voir la couleur de l’argent.  
Regardez bien. 
Pierre Desproges tient ostensiblement un billet de cinq cents francs.

Alors voyez-vous, c’est jaune, ‘fin c’est dans les jaunes. Étonnant, non ?

Comments

Popular posts from this blog

Une noix, chanson de Charles TRENET, un véritable poème

Un prince en Avignon est une chanson en hommage à l'immense comédien qu'était Gérard Philippe