Le bout du bout, Raymond Devos, Olympia 1999, vidéo et transcription reproduisant toutes les élisions de schwa







S’adressant au public :

Un jour, j’étais en train d’ tailler un morceau d’ bois...
Mon pianiste vient, i’ m’ dit :
- Voulez-vous m’ passer c’ bout d’ bois, s'il vous plaît ?
Alors j’ lui dis :
- Lequel des deux bouts ?
I’ m’ dit :
- Y a qu’un bout d’ bois,  j’ vois qu'un bout d’ bois.
J’ lui dis :
- Parce que vous vous exprimez mal ! Parce qu'un bois, ça a deux bouts. Alors, i’ n’ faudrait pas dire  le bout de bois, mais  les deux bouts d'un bois !
Alors,  i’ m’ dit :
- Les deux bouts d'un bois, d'abord, ça sonne curieux ! On entend les deux boudins, comme ça… On n’ sait pas s'il s'agit de bouts d’ bois ou d’ bouts de boudin !
J’ lui dis :
- N’ plaisantons pas ! S'il s'agissait de bouts d’ boudin, on dirait les deux bouts d'un boudin ! On n’ dirait pas les deux bouts d'un bois !
I’ m’ dit :
- J'ai toujours appelé un bout d’ bois un bout d’ bois, moi, alors, passez-moi c’ bout d’ bois !
J’ lui passe le bout d’ bois.
I’ prend l’ bout, i’ tire dessus et m’ dit :
- Lâchez l'autre bout !
J’ lui dis :
- Vous voyez bien qu’ y a deux bouts !
- Bon, puisqu’y a deux bouts, gardez c’ bout-ci ! Moi, j’ garde ce bout-là ! Ça nous f’ra chacun un bout !
J’ lui dis :
- Non ! Ça nous fait encore chacun deux bouts !
Hein ?...
Vous avez compris ça ?
Si vous cassez deux bouts d’ bois en deux,  y a toujours deux bouts à chaque bout ! Vous pouvez casser les bouts en petits bouts d’ petits bouts, y a toujours deux bouts à chaque bout !
Un bout, c’est_irréductible, un bout ! Vous pouvez pas supprimer l’ bout d'un bout !... ou alors, faut supprimer l’ bout entier.
Prenons un bout d’ truc, vous coupez l’ bout du truc, i’ reste un bout au bout du truc !
Bon, alors prenons un bout d’ machin, alors ! C’est l’ truc qui vous gêne ? Ça vous gêne, le truc ? Non, mais mon p’tit bonhomme, si ça vous gêne, le truc, vous me l’ dites. On prend aut’ chose. On prend un bout d’ machin. C’est tout…
Prenons un bout d’ machin, vous coupez l’ bout du machin, i’ reste un bout au bout du machin !
Vous pouvez prendre mon raisonnement par tous les bouts, i’s’ tient.
Prenons un bout d’ fil… prenons un bout d’ fil de téléphone. Vous coupez l’ bout, y a encore quelqu'un au bout du fil !
Prenons un bout d’ bambou. Vous coupez l’ bout, i reste le banc. Ah… j’en ai marre d’êt’ debout !

Comments

Popular posts from this blog

Printemps, Victor Hugo, poème lu