Cours de laïcité, la belle affaire



Les mesures annoncées concernant l'éducation constituent un pur effet d'annonce et un vœu pieux pour empêcher la tentation du fondamentalisme ; elles ne reposent sur aucun programme, à supposer qu'il en faille un. Est-ce que les jeunes non musulmans, qui ne sont pas visés, auront le droit de sécher les cours de laïcité ? De plus, les professeurs n'ont pas besoin d'une formation particulière : l'amour de la République et le partage de ses valeurs ne s'enseigneront jamais. Ils sont le fruit d'un épanouissement au sein de la société et d'un sentiment d'espérance. En revanche, dispenser des cours de théâtre et de musique, promouvoir les arts et la culture dans les banlieues serait d'une efficacité sans commune mesure. Hélas, en temps de crise, ils sont aux premières loges sur l'autel des restrictions budgétaires. Et pas qu'en France.

M. G.

Comments

Popular posts from this blog

Le dernier rendez-vous, chanson de Frida Boccara